Waqrapukara : La forteresse Inca

la forteresse inca de Waqrapukara : un complexe archéologique méconnu du grand public
la forteresse Inca de Waqrapukara : un complexe archéologique méconnu du grand public
Juin 2021

Perché au dessus des nuages, dans le canyon d’Apurimac, à 4200 m d’altitude, la spectaculaire forteresse  Qanchi – Inca de Waqrapkara dévoile sa majesté au détour d’un virage.

Parvenir jusqu’à ce site injustement méconnu est l’occasion d’une belle randonnée hors des sentiers battus.

Randonner jusqu’à Wakrapukara

Randonner jusqu’à Wakrapukara

De nombreux chemins mènent à ces vestiges mystérieux.

Evidemment nous avons emprunté un des plus longs.

Pour autant, nous ne le regrettons pas.
Il nous manque la comparaison bien sûr mais la route était très belle.

panneau indicatif trek depuis Sangarara pour rejoindre la forteresse Inca de Waqrapukara

La randonnée

La randonnée

2h30 de marche sans traîner nous ont été nécessaires pour arriver au but.

Mais il faut avouer qu’encore une fois la vue est spectaculaire.

Nous commençons en longeant 2 petites lagunes, vue sur l’Ausangate au loin, avant de contourner la montagne pour aller jusqu’au site.

 
La montée n’est pas raide mais le froid un peu vif nous fait consulter l’altimètre qui nous révèle un presque 4600 m au point le plus haut de la « balade » :
 
Les Andes et leur immensité.

Wakrapukara : le site

Wakrapukara : le site

Arrivés sur place nous nous rendons compte que le site est censé être fermé !!!
 
Mais en ce dimanche, de nombreux péruviens sont là, dont certains se baladent tranquillement en haut.
les garçons devant la forteresse Inca de Waqrapukara

La visite

La visite

enfin nous avons accès à la forteresse Inca de Waqrapukara
 
La garde fort aimable tique un peu quand nous lui disons être sans guide mais consent à nous mettre sur « liste d’attente pour monter » 
 
Mais voilà les groupes accompagnés semblent nous passer devant les un après les autres…
 
Une famille péruvienne également sans guide attend aussi sans succès.
Nous comprenons vite que si nous voulons entrer il va falloir nous imposer un peu.
Nils et Alice en étendard, nous nous groupons avec cette famille en pôle position, nullement impressionnés par les autres groupes arrivés plus tard qui forcent le passage.
Mission accomplie, nous sommes en haut et franchement ça vaut le détour.
La vue est spectaculaire et la construction impressionnante.
Ce devait être un site carrément important pour se retrouver perché là !!!!
panoramique depuis le haut de la forteresse inca de Waqrapukara

Histoire de Wakrapukara

Histoire de Wakrapukara

Une fois n’est pas coutume, nous n’avions rien lu sur Wakrapukara avant d’y arriver alors nous avons fait quelques recherches ensuite.

Waqrapukara signifie « Force des cornes », en rapport avec les cornes de bétail, mais le site portait une dénomination antérieure de llamapukara ( force des flammes ) ou llaqtapukara ( caserne de la ville ) en référence au fait qu’il fut le dernier lieu de résistance du peuple Qanchis, qui s’opposait à la force de l’Inca.
 

Wakrapukara fut d’abord occupé par les Qanchis apparus en 2500 av J.C. qui adoraient Wiraqocha.
Il leur servait de centre religieux et administratif.

Conquis pas les Incas pour sa position stratégique, ces derniers perpétuent son usage.

Porte parole des Qanchis, Ttito Qosnipa se soulève contre Wayna Qapaq en raison des lourds tribus imposés .
Vaincu au bout de plusieurs mois de résistance dont le dernier lieu à Waqrapukara, les 2 tours caractéristiques du site auraient été construites à ce moment.

La légende veut que l’Inca aurait été bienveillant envers le chef rebelle Qanchi.
vue plongeante entre les cornes de la forteresse inca de Waqrapukara au Pérou

Un retour plus difficile

Un retour plus difficile

Un dernier coup d’œil à ce site atypique et maintenant il faut remonter jusqu’au col pour retrouver le taxi.
Le retour est plus dur et à l’ arrivée  :
Personne !!!!!
Nous l’avions pourtant prévenu que nous serions au RDV 1h plus tard en raison du délai de visite.
Le froid se fait sentir et nous arrivons à cours d’eau…
Plutôt que d’attendre plantés là, nous entamons les 11km de descente vers le village suivant… légèrement inquiets et en colère.
 
Le tout pour le voir arriver tout guilleret sur la route 45 mn plus tard!
Le fameux 1/4 d’heure péruvien !!
 
Un peu fâchés et rancuniers, et bien qu’il nous ait fait passé par la belle route des 4 lagunes au coucher du soleil, nous avons gardé le pourboire.

Comment se rendre à Wakrapukara

Comment se rendre à Wakrapukara

Au départ de Cusco avec une agence en A/R à la journée

Au départ de Cusco avec une agence en A/R à la journée

C’est l’option la plus simple si vous avez peu de temps.
Toutefois il faut compter 3h de route aller, 3 h retour et partir à 4h du matin.

En trek de 2 jours depuis Cusco

En trek de 2 jours depuis Cusco

Certaines agences proposent ce trek  hors des sentiers battus. 
Nous n’avons pas eu de retour dessus.

Depuis San Pedro : notre choix

Depuis San Pedro : notre choix

Nous avons  logé à San Pedro : sur la route entre Cusco et Juliaca. ( à 20 km au nord de Sicuani )
De ce minuscule village où nous avons logé chez Patty dans des chambres très confortables, nous avons pris un taxi qui nous a déposé au début du chemin de randonnée

150 soles A / R ( il nous a déposé et est venu nous chercher )

Par contre, il faut bien se mettre d’accord avec le chauffeur sur une heure de retour : il n’y a aucun collectivo entre le début de la randonnée et le village de Sangarará.

 
De là nous avons aussi visité Palcoyo ( l’autre montagne des 7 couleurs en toute tranquilité )

Les autres sentiers de randonnées

Les autres sentiers de randonnées

Il existe plusieurs sentiers menant à la forteresse de Waqrapukara ( pour la plupart, ils sont bien individualisés sur l’application Maps.me ).

Celui que nous avons choisi :


Depuis Sangarará : village où on peut être déposé depuis Cusco.
Il n’y a pas de colectivo qui emmène directement au début de la randonnée ( qui se matérialise par la fin de la route « carrossable » !! )
Il reste donc 2 options :
soit tout faire à pied : il faut ajouter 11km de belle montée, soit un taxi privé ou partagé avec un groupe : mais dans ce cas, bien se mettre d’accord avec lui sur l’heure de récupération !!
De là, il reste 2h 30 de marche sur un terrain relativement plat dans sa première portion, puis en descente jusqu’au complexe archéologique.

Depuis Acomayo, d’où on peut se rendre en collectivo soit à Campi pour commencer la randonnée , soit à Huayqui.

Depuis Huayqui, il faut prévoir une marche de 3km en montée, où on nous avait annoncé 700m de dénivillé positif, puis une seconde portion plus plate sur la 4 dernier km.

Depuis Santa Lucia ( au sud du site ) …

Nous avions trouvé un site très détaillé qui recensait les autres chemins : « 7 caminos a Waqrapukara« 

Carnet pratique

Carnet pratique