Site en restructuration !!!!!
hole in the wall sur la wild coast page bilan de naos 49 jours en afrique du sud

La Wild Coast

Octobre 2019
Niché au bord de l’océan indien, à l’embouchure de la rivière Nenga, le minuscule village de Coffee Bay attend les voyageurs persévérants venus découvrir les charmes de la Wild Coast qui s’étend de la frontière nord du Kwazulu Natal à East London au sud.

La topographie extrêmement vallonnée voir montagneuse du pays Xhosa, et la quasi-absence de route en bon état reliant la côte à la N2 en fait un lieu encore sauvage relativement préservé du tourisme.

La route depuis Mthatha par la R61 ( pas la plus reposante, voir la section : trucs et astuces … ) traverse l’arrière pays parsemé de maisons colorées posées à flanc de collines sans organisation apparente.

L’ensemble d’une grande beauté est toutefois pondéré par l’aspect délabré des huttes nettement visible lorsqu’elles bordent la route.
Ici plus qu’ailleurs nous avons vu beaucoup d’enfants en dehors des écoles pendant leurs heures d’ouverture.

L’arrivée sur la côte révèle de multiples criques encadrées de collines verdoyantes, de grottes, et de formations rocheuses abruptes sculptées par les assauts des éléments dont l’incroyable « Hole in the Wall ».
Le site est d’autant plus stupéfiant qu’il a jusqu’ici échappé à tout aménagement touristique.

La Wild Coast est propice aux randonnées, aux cours de surf dans l’Océan Indien et à la rencontre de la culture Xhosa.

Nous vous recommandons toutefois de programmer ces activités en accord avec votre hébergement.
La plupart des auberges de jeunesse proposent des excursions. 

En effet en dépit de sa beauté, c’est de tout notre périple depuis Johannesburg l’endroit où nous avons ressenti le moins de bienveillance de la part des habitants ( en dehors de l’équipe du Coffee Shack).
Nous y avons été beaucoup plus sollicités avec davantage d’insistance parfois mêlée d’agressivité .

Il nous a été bien difficile par exemple, de nous débarrasser de la horde de faux guides voulant à tout prix nous extorquer un prix exorbitant au motif d’une visite guidée inexistante à Hole in the Wall.

Il faut dire que la région paraît particulièrement pauvre et que le tourisme encore peu développé ne semble pas avoir eu suffisamment de répercussion positive sur la population.

Cela étant nous ne sommes restés que trois jours et il s’agit peut-être d’une conclusion un peu hâtive de notre part due à une mauvaise expérience. 

Les voyageurs rencontrés dans notre auberge de jeunesse ayant participé aux excursions organisées n’ont pas du tout ressenti la même chose.

Carnet pratique

Coffee Shack Backpackers

Leur site : Coffee Shack Backpackers

Cette auberge de jeunesse  placée sur un site idyllique est l’endroit parfait pour découvrir la région. Excursions à Hole in the Wall, visite des grottes , des villages attenants et bien sûr cours de surf à un prix défiant toute concurrence (70 Rands / personne pour 2h de cours matériel inclus, soit environ 5 €).

Jérémie, Raphaël et Pierre en ont profité pour rafraîchir leur pratique avec je dois dire une aisance déconcertante ( enfin surtout pour les deux derniers.. ).

Le personnel est très impliqué et très amical parfois jusqu’à l’exubérance ce qui donne un petit côté G.O. ( ou gentil organisateur ) étrange dans un endroit si sauvage.

Cela étant, Coffee Shack comme le Sani lodge est très impliqué au niveau écologique ainsi que dans la vie de la communauté et participe aux retombées économique de la région.

Le camp se subdivise en 2 sites :

– Le site principal comprend un bar/restaurant avec billard, de nombreuses tables et hamacs repartis sur une partie du site, les bureaux et accueil avec une cuisine accessible aux hôtes.
Les logements proposés sur le site principal sont principalement les lits en dortoirs et les quelques places de camping avec salle de bains communes.

– Le second site est accessible en traversant le bras de rivière un peu en contrebas ( le niveau d’eau est fonction de la marée : nous en avons eu au maximum jusqu’aux genoux !!! ).
Il est aussi possible de reprendre la route en voiture ou à pied pour atteindre le camp principal.
Celui-ci est à flanc de colline et on y trouve des huttes de 2 à 4 personnes et une maison perchée tout en haut pour 8 personnes  » La King’s House  » .

La  » King’s House  »

Notre  » hutte «  pour 8 disposait d’une cuisine équipée ( plaques de cuisson au gaz, four , grille pain et bouilloire ) et d’une salle de bain ( douche et wc ) , ainsi que d’un braai rechargé en bois tous les jours par le staff .
Il y a deux chambres avec lit double de part et d’autre de la porte d’entrée , et sur la mezzanine ( attention les poutres sont plutôt basses ) un coin avec un lit double et un autre avec 2 lits simples.

Cette location nous est revenue à 1280 Rands soit 77,5 euros la nuit.

Jejoja’s

Petit campsite en bord de plage avec restaurant , un peu en contre bas du coffee shack et attenant à la plage où ils donnent leur cours de surf.
Leur plaisant espace vert est décoré des sculptures métalliques du Big Five ( d’un artiste du Zimbabwe) très réussies.

L’équipe adorable nous a fait visiter le camp en nous expliquant tous les projets en cours, et Tamara la cuisinière prépare les plats à la minute ( ou un peu plus … ) pour un lunch très réussi à condition de ne pas être pressé.

Pour 4 plats de fritures et de burgers à partager et les boissons avec , nous avons réglé 430 Rands ( soit 26,40 € avec le pourboire inclus ).

https://www.facebook.com/jejojas/

Papazela’s Pizza

Cette pizzeria de qualité est installée ( four à pizza compris) sur la terrasse de la maison des propriétaires, nous y sommes allés en soirée et la vue était déjà terrible , alors de jours ça doit valoir le déplacement … L’ accueil est charmant, les pizzas sont bonnes et d’un prix des plus correct ( de 70 à 105 Rands ).

Alice et Nils ont partagé un grand moment de jeu avec la cadette de la famille ( environ 2 ans) surtout après qu’elle ait ramené les chatons nouveaux-nés de la maisonnée.

Notre avis

La beauté de la Wild coast est indéniable mais elle ne restera cependant pas comme notre meilleur souvenir.

La difficulté à sortir des sentiers battus ( organisés ) en est certainement la principale cause mais nous n’avons pas été très à l’aise non plus avec le côté un peu trop club de vacances pour surfeurs néo-rasta du Coffee Shack bien que les garçons aient adoré leur session de surf.

Trucs et astuces :

1 . Bien suivre les indications données par le lieu de résidence sur Coffee Bay et non Google:
à savoir ne pas suivre ce dernier et ses raccourcis mirobolants … Mais de Mthatha , poursuivre sur la N2 en direction de East London, prendre la sortie Coffee Bay/Mqanduli et enfin poursuivre pendant près de 80 km vers la côte.
Pour notre part, nous avons suivi Google et gagné 2 heures de pistes pour faire 50 km sur une route à peine praticable , tout en se demandant si nous n’allions pas avoir à faire demi tour avant l’arrivée …

Nous tenons toutefois à préciser que quelque soit la route empruntée, mieux vaut ne pas le faire de nuit : même la route « officielle » passant par Mqanduli n’est pas irréprochable , il y a un certain nombre de Potholes ( nid de poules mais au format XXL ) où l’on peut facilement laisser une roue !!!!

2 . Ne pas oublier de faire les courses si vous ne voulez pas manger à la cantine du Coffee Shack ou dans les snacks ou pizzerias alentours matin, midi et soir.
Nous avons recherché un magasin d’alimentation ou à acheter sur place mais nous n’avons trouvé que des African Shop où il n’y a pas de produits frais ( ni viande et ni de poisson mais quelques oeufs, de la farine et des conserves en tout genre … ).

Le supermarket  » SuperSpar Viedges  » le plus proche est à Mqanduli ( 120 kilomètres aller / retour de Coffee Bay ) mais à 12 km de la sortie Coffee Bay/Mqanduli de la N2 et il ressemble plus à un entrepot qu’à un magasin.