Site en restructuration !!!!!
sunshine coast pour le bilan de l'afrique du sud

Sunshine coast

Octobre 2019


La Sunshine Coast couvre une partie du littoral située au nord de la province du Cap Oriental.
Regorgeant de belles plages et de parcs naturels, elle fait la part belle à la nature.

En 1820, l’Angleterre décide de former une zone tampon entre Boers et Xhosas afin de calmer leurs affrontements.
Des Settlers sont envoyés pour s’installer entre les territoires des deux peuples afin d’y cultiver la terre.
La manœuvre ne fonctionne que moyennement, puisque les colons préféreront rapidement rejoindre les villes de Port Elisabeth et Grahamstown pour y reprendre les professions qu’ils pratiquaient en Angleterre.
Celle-ci y gagnera toutefois une forte augmentation de sa présence sur la Sunshine coast lui permettant d’augmenter sa main-mise sur le territoire. 
La région garde en conséquence une forte imprégnation britannique.

Port Elizabeth

Port-Elisabeth ( PE pour les intimes ) fondée sur la partie ouest de la baie d’Algoa, est un bon point de chute pour explorer la région.
A 7 h de route de Coffee Bay, cela nous permet aussi de couper la route jusqu’à Plettenberg Bay .
Le front de mer présente de très belles plages avec de belles vagues dont celle de Summerstrand mais nous y sommes restés trop peu de temps pour explorer convenablement la ville.

Nous y sommes suffisamment restés en revanche pour avoir la chance de rencontrer Tessa ( notre hôtesse Airbnb) qui a gentiment accepté de prendre en charge le lapinou dissident, resté caché dans les draps, pour lui faire parcourir en visite privée la route jusqu’au Cap où il nous attendait chez son frère Dean et sa femme Maud ( française expatriée).

Ce  sont parfois les aléas du voyage qui permettent de belles surprises.

Lien vers son annonce : ICI

Maison avec 3 chambres, salon/salle à manger, cuisine et salle de bain + une piscine et un joli jardin avec terrasse et braai.
Proche des commerces dans un quartier résidentiel et desservi par la N2 qui emmène directement à l’entrée sud d’Addo Elephant à hauteur de Colchester en 35 minutes.

 » Une fois de plus, nous avons regretté notre passage trop rapide chez Tessa et sur la côte jusqu’à Plettenberg. « 

Addo Elephant 

Des éléphants et encore des éléphants on ne s’en lasse pas…
Le bien nommé Parc Addo Elephant est l’occasion de bien observer une dernière fois les spécimens africains dans la nature avant de croiser leurs cousins asiatiques.

N’essayez pas de comparer Addo Elephant avec le Kruger, à l’entrée sud, la route est bordée par un mur végétal recouvert de fleurs et regorgeant d’oiseaux, un plaisir pour les yeux d’autant que le parc est bordé par l’océan. En revanche, l’épaisseur de la forêt rend plus difficile l’observation des autres animaux.

Une fois passé  l’embranchement nord de Mbotyi loop (depuis l’entrée sud), la piste traverse un plateau de buissons bas jusqu’au point d’eau de Lismore.
L’occasion pour nous de tomber nez à nez avec le rare et insaisissable Secretary Bird, de croiser hyènes et Black Backed jackal.


Le parc se traverse aisément en une journée et dispose d’une aire de pique-nique à la Jack’s Botanical Reserve nommée du nom du rhinocéros noir qui y a fini ses jours.

Addo éléphant bien que plus petit et très différent du Kruger offre des rencontres tout aussi agréables. 

Le lien vers la section Addo Elephant du SanPark.

Tarifs :
Adulte (+ de 12 ans) 328 Rands/jour
Enfant (2-12 ans) 164 Rands/jour
Entrée gratuite sur présentation de la Wild Card


Il existe également différents camps où loger afin d’avoir une expérience plus immersive dans le parc national.
Le principal est Addo Rest Camp proposant des emplacements de camping
Pour 2 personnes, on y trouve des safaris tentes , chalets et rondavels .
Pour 4 personnes : des forest Cabins et des chalets.
Et enfin, 2 guesthouses.


D’autres camps gérés par SanPark sont quand à eux situés un peu à l’extérieur d’Addo Elephant.

Carte remise à l’entrée du parc.

A l’entrée, ils distribuent une carte du parc avec un jeu par équipe : chaque animal a sa photo et un nombre de point de 1 à 10 en fonction de sa rareté .
ex. le Secretary Bird vaut 10 points…

Jeffrey’s bay

Notre escale à la mythique Jeffrey’s Bay est de courte durée sur la route nous conduisant à Plettenberg.
Malheureusement la fameuse vague Supertubes n’est pas au rendez-vous.

Quelle déception !!

Heureusement, la côte offre de magnifiques plages recouvertes de coquillages idéales pour la baignade.

Nous en avons largement profité sur la plage de Kitchen Windows nommée d’après l’habitude des surfeurs des années 60 de regarder par la fenêtre de leur cuisine si les vagues étaient au RDV.  

Nous nous consolons en nous convaincant que c’est finalement tout aussi bien que de se pâmer devant une vague qu’aucun de nous n’est capable de surfer…

Le déjeuner au Kitchen Windows ( du même nom que la plage) vue sur l’océan finit de nous remettre du baume au coeur.
Nous y avons dégusté des plats de poissons et de fruits de mer dont une spécialité du chef l’ « asian calamary » et les enfants se sont jetés sur les « organic beef meat balls » avec une sauce bolognaise et des linguines.
Nous nous sommes régalés ( avec un petit verre de vin blanc Sud-Africain , il faut bien goûter … ) pour près de 950 Rands ( pourboires inclus).
Pour information, les meat balls sont à 75 rands et les plats de poissons entre 150 et 200 Rands.

Lien vers leur site : ici

Notre avis

Bien que la côte soit magnifique, la région apparaît bizarrement organisée.

D’énormes parcs naturels à entrée payante occupent de larges portions de territoires et de nombreuses villes, exceptée PE, semblent essentiellement constituée de luxueuses villas ainsi que de terrains privés occupés par une  très riche population ou réservés aux touristes.

Cette impression se confirmera encore davantage en avançant vers la Garden route.

Nous comprenons bien que ce que nous voyons n’est pas le reflet de la vie quotidienne de la plupart des gens et notre passage nous laisse une impression de fausseté grandissante qui nous met mal à l’aise.

Ce n’est pas la première fois que nous ressentons cela et nous décidons de creuser un peu pendant la suite de notre périple pour mieux appréhender ce phénomène.